Tuesday, 21 March 2006 21:40

Jamais Contente

Written by 
 
Camille Jenatzy - Never Satisfied
 

 
 
From France comes this account of a classic race to become fastest man on earth, during the closing years of the 19th century.
 
The contest was between builders of coaches, cabs and transporters. Steam power for these vehicles had all but done its dash,
and the market was crying out for light, self-powered machines.  Some promise of success came from Panhard, Levassor,
Daimler, Bolle, and Peugeot who were developing automobiles with internal combustion engines. They were still way too
slow and underpowered to become the next Big Thing.
 
The name of the new game was speed – the world land speed record. It was a game fraught with danger, as experts declared
that human beings travelling at speeds of greater than 70 km/h would suffer from rupture of their blood vessels.
 
A whole circus of French daredevils tempted fate anyway. A journalist named Paul-Meyan was the fastest man on wheels,
riding a bicycle at 63,154 km/h. A short while after, in December 1898, the ‘Electric Count‘ Gaston Chasseloup-Laubat, drove
his Jeantaud electric-powered car at 70,585 km/h.

 Below: Jenatzy (click image)
1899_Jenatzy_09_S.jpg
Ten days later, the ‘Red Devil’, 31 year-old Camille Jenatzy, driving an electric car
of his own manufacture flashed across land at 79,996 km/h. He pulled up at the finish,
apparently intact, and full of fight.
 
4 March 1899, the Electric Count won the next round by driving his Jentaud at 92,307 km/h.
 
Jenatzy’s red beard must have quivered as he went to work designing a kind of torpedo on
wheels. 6 big batteries provided current to two huge electric motors of 25 kilowatts each
driving the rear axle. They gave the car the an equivalent of 68 bhp. The chassis was from
a horse-drawn cab. Its Rothschild-designed bodywork was an impressive wind-cheating
marvel - built from partinium – a conglomerate of aluminium, tungsten and magnesium.
Jenatzy chose Michelin tyres for the record attempt.
 
He named this first ever purposely designed and built racing car ‘La Jamais Contente’ (Never Satisfied). He rolled it out at Acheres, a town 25 kilomètres north west of Paris on 1st May 1899. jenatzy_4.jpg 

200 curious bystanders watched as he placed both hands firmly on the steering handle and took off along the treeless road. The almost silent torpedo was timed over a flying kilometre at 105,882 km/h. The Red Devil had taken the world land speed record back from the Electric Count. And  held the record until 1902. .

Our picture, right, shows the Jamais Conmtente covered in laurels after the Red Devil's success at becoming fastest man on earth in 1899.

Below: The Jamais Contente  
jenatzy_2_S.jpg
Camille was killed in a hunting accident in 1913. He was clowning around behind some bushes, pretending to be a duck, whilst out on a duck shooting expedition with friends.

A replica of his car (left) can be seen at the Compiegne National Motor Museum, (Musee national de la voiture et du tourisme). Compiegne is only a short ride on public transport from Paris. (Click to enlarge the image to 347 kb). 




Pour francophones d'esprit genereux -

Mesdames et messieurs - je vous demande pardon pour mon Français australien. Et qui plus est ma machine ne montre pas toujours les accents français. Et s'il arrive que vous me pardonneriez - soyez le bienvenu/es. Peut-être que vous trouveriez le temps de m'écrire pour me gronder à

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Page 1 - Jamais Contente 
Mercredi, 22 Mars 2006 
Camille Jenatzy - jamais satisfait
 
De France vient ce compte d'une course classique pour devenir l'homme le plus rapide sur terre, pendant les années de fermeture du 19e siècle.
 
Le concours était entre les constructeurs de fiacres, de carosses et de transporteurs. La puissance de vapeur pour ces véhicules a fait son tiret, et le marché demandait des machines légères et soi-propulsées.  Une certaine promesse de succès est venue de Panhard, de Levassor, de Daimler, de Bollé, et de Peugeot qui développaient des automobiles avec les moteurs à combustion interne. Elles étaient beaucoup trop lente et de trop faible puissance pour devenir la prochaine Grande Chose.
 
Le nom du nouveau jeu était 'la vitesse' – la plus grande vitesse sur la terre. C'était un jeu chargé du danger, car les experts ont déclaré que les êtres humains voyageant aux vitesses plus grandes que 70 km/h souffriraient de la rupture de leurs vaisseaux sanguins.
 
Un cirque entier des casse-cou français a tenté le destin de toute façon. Un journaliste appelé Paul-Meyan était l'homme le plus rapide sur roues, a bord sa bicyclette à 63.154 km/h. Peu de temps après, en décembre 1898, ‘le Compte électrique‘ Gaston Chasseloup-Laubat, a conduit sa voiture électrique Jeantaud à 70.585 km/h.
Dix jours plus tard, ‘le Diable rouge’, Camille Jenatzy (31 ans), conduisant une voiture électrique de sa propre fabrication,  traversa la terre à 79.996 km/h. Il a fini sain et sauf, intact, et plein de combat.
 
4 mars 1899, le Compte électrique a gagné le prochain rond en conduisant sa Jentaud à 92.307 km/h.
 
La barbe rouge de Jenatzy s devait trembler pendant qu'il allait travailler a concevoir un genre de torpille sur des roues. 6 grandes batteries ont fourni le courant à deux moteurs électriques énormes de 25 kilowatts chacun conduisant l'essieu arrière. Elles ont donné à la voiture un équivalent de 68 BHP. Le châssis était d'origine un fiacre. Sa carrosserie Rothschild-conçue était une merveille aérodynamique - construit du partinium – un conglomérat d'aluminium, de tungstène et de magnésium. Jenatzy a choisi pour  la tentative des pneus Michelin.
 
Il a appelé cette première auto conçue et construite exprès pour la course, la Jamais Contente (jamais satisfait). Le 1er mai 1899 il l'a roulée sur la route d' Achères, une ville 25 kilomètres au nord ouest de Paris. 
200 spectateurs curieux observaient Camille comme il a placé les deux mains fermement sur le guidon et a décollé le long de la route déboisée. La torpille presque silencieuse a été chronométrée sur un kilomètre lancé à 105.882 km/h. Le Diable rouge avait rapporté le record de vitesse de terre du monde des mains du Compte électrique. Et  ce record a duré jusqu'à 1902.
Notre image, au-dessus de droite, montre le Jamais Contente couvert de lauriers après le succès du Diable rouge - l'homme le plus rapide sur terre en 1899.
Camille a été tué dans un accident de chasse en 1913. Il faisait le clown derrière quelques buissons, feignant d'être un canard, pendant une expédition de tir de canard avec des amis.
On peut voir une réproduction de sa voiture au Musée national de moteur de Compiègne, (Musée de la voiture national et du tourisme). Compiègne est seulement un tour court sur le transport publique de Paris.


   
  


 
 
Print Email
Rate this item
(0 votes)
Read 5350 times Last modified on Monday, 21 May 2012 17:14

Leave a comment